La député Patrick Hetzel a interrogé le ministre des affaires sociales et de la santé sur les frais médicaux des femmes enceintes souhaitant mener leur grossesse à terme : 

"Aujourd'hui, la France est, avec l'Irlande, championne d'Europe de la fécondité. Toutefois, force est de constater un léger recul de celle-ci entre 2014 et 2015 : 1,96 enfants par femme en 2015 contre 2 en 2014. De ce fait, on ne peut que s'étonner de la discrimination dont sont victimes les femmes qui souhaitent mener leur grossesse à terme par rapport à celles qui l'interrompent.

En effet, depuis le 1er avril 2016, les femmes interrompant volontairement leur grossesse se voient rembourser tous leurs frais médicaux par la Sécurité sociale à 100 %, alors que, pour une femme enceinte, les 2 premières échographies avant la fin du 5ème mois de grossesse ne sont remboursées qu'à 70 %.

Quel triste jour que ce samedi 17 septembre 2016 où La Libre, quotidien belge, titrait "Un mineur euthanasié pour la première fois en Belgique"!

L'article rappelle que "cette possibilité existe légalement depuis le début 2014". En une semaine l'affaire était pliée. Le dossier remis à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie la même semaine, validé puis acté par l'équipe que nous peinons à qualifier de soignante.

La mort, pour les enfants, est donc une possibilité, un choix comme un autre. La poire ou le fromage, la glace ou la crème au chocolat, la vie ou la mort. Quand on a pris la poire, on peut avoir un regret et prendre le fromage au repas suivant, ou pourquoi pas la crème au chocolat.

 Notre gouvernement continue de mener une guerre sans précédent contre l'enfant à naître .

Après la nouvelle circulaire de Marisol Touraine parue en juillet, relative " à l'amélioration de l'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et à l'élaboration de plans régionaux" qui vise à augmenter l’accès à cette pratique, voici l'annonce fracassante de Mme Laurence Rossignol, de l'instauration d'un délit d'entrave numérique à l'avortement ! 

À l'approche des élections présidentielles, jamais notre gouvernement ne se sera autant précipité pour prendre des mesures draconiennes contre celui qui est devenu son ennemi public numéro 1: l'enfant à naître. 

Invitée de France Info, Laurence Rossignol, la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes ,a décidé d'attaquer sur le plan juridique des sites qu'elle accuse de donner de fausses informations au sujet de l'IVG.

"40 ans après le vote de la Loi Veil sur l'interruption volontaire de grossesse, "les anti-avortement n'ont jamais désarmé, pas une fois, pas une heure", déclare Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, invitée de franceinfo. "Aujourd'hui, leur nouveau terrain de jeu ce sont les sites internet très pervers" comme le site Afterbaiz. "

On hésite toujours : j'en parle, je leur fait de la pub ou je n'en parle pas. Mais en même temps il faut en parler car sinon on ne peut pas dénoncer la duplicité."

S'abonner à Front page feed